THE NICE SPRING BALLAD !

C’est déjà le moment de ranger la cagoule et les gants au placard ! Rapidement les chaussons suivront et c’est dans cette ambiance de printemps que j’ai pu savourer une session tranquille à la maison !

Une faible brise offshore accompagna ce jour là une houle bien rangée et tombante qui me permis malgré tout d’attraper quelques tubes sur le reef bien à sec. Une lumière incroyable dans le tube avec les blocs de roche jaunâtres et brillants aux reflets de l’eau translucide.17758193_282418028870640_1387838460336505070_o Just after the gap, choose your line to cross the section

17807603_282418015537308_5413806318916815457_o Hang on to the wall on the dry reef ! Shallow waves, sunny weather and low wind for a perfect day at home !!!17545471_282418602203916_8273691782693717935_o  Nice green vision under the lip !17834346_282415485537561_9150835726095227529_o Ballad top turn 17758434_282418668870576_8433675221824472762_o 17833983_282418738870569_3303552974917539374_o 17760936_282418782203898_2292514935850265380_o

17807285_282418835537226_1708051004175536018_o Take speed on a small one to cross the section ?

Merci à Yves N’Diaye toujours là à checker les spots pour le plaisir des yeux et qui a pu profiter ce jour là de la  petite ballade printanière !

 

IN MY MOR BIHAN AND MORE

Il y avait l’image papier, figée et prenant la poussière tranquillement dans un coin. Le magazine vous permettait en effet de patienter dans une salle d’attente, de combler un trajet en TGV et surtout de bouquiner afin de bien dormir sur vos deux oreilles. Il y eut aussi les VHS puis les DVDs à regarder en boucle et depuis 10 ans maintenant il y a plus éphémères, les clips web excitants et souvent noyés dans la masse, consommables au breakfast, à la pause café, dans le bus ou le métro. Tout va de plus en plus vite et on se demande pourquoi mais quitte à être fataliste c’est comme ça !

Aujourd’hui, il n’y a pas un jeune champion qui ne se fait pas filmer par ses parents ou son coach le plus souvent possible pour disséquer et étudier son Surf. La magie de l’instant est dépassée par la folie des enchaînements. C’est une certitude l’analyse vidéo, sur laquelle vous êtes d’ailleurs évalué à l’examen du BP Surf est incontournable pour le haut-niveau. Personnellement, je n’ai pas eu souvent l’occasion d’être filmé même si je remercie ici au passage mon ami Emeric Kerlo pour les quelques clips sympa qu’il a pu me faire.

Après quelques mois à collecter quelques images de quelques sessions, j’ai tout de même pu monter un melting pot purement amateur de sessions à la maison et en vadrouille avec le team du Club ; merci à Frédo et Gaël ! Alors certes ça ne reflète pas forcément mes meilleures sessions mais le Surf est tellement lié à l’image qui transpose sur les écrans les sensations que la glisse vous procure que je me suis pris au jeu narcissique de vous proposer une petite séquence !

Les surfeurs en général aiment façonner leur surf et s’imprégner de ce qu’ils peuvent voir autour d’eux et également, grâce à l’image, de productions tournées à l’autre bout du monde ! Et c’est donc, par exemple, toujours sympa en quelques clics d’être à J-Bay sans jamais n’y avoir été ! Les surfeurs sont ainsi envoûtés par les milliers ou millions de clips de Surf qui fourmillent sur le web sans même parler des retransmissions de la WSL. Une petite dédicace au passage à Mick Fanning pour son sang froid et le plaisir qu’il nous fait à être toujours parmi nous et indemne après cette attaque de requin (ou simple rencontre?)  pour toujours dans toutes nos têtes. Quelle image !!!

SURF SESSION LOCAL

11182214_10206118962434984_385737256067601160_n

Ci-dessus, la petite présentation de mon univers de surfeur guidélois que j’ai eu l’occasion de décrire pour Surf Session dans la rubrique “Local” grâce à Thomas Mitch Deregniaux et que je remercie au passage. C’est bref mais c’est toujours fun de jouer au jeu des questions réponses surtout pour un grand bavard comme moi haha !

Enjoy Guidel-Plages !

50 NUANCES DE KAOLINS

10548885_888997204483937_2726771805537021930_oAujourd’hui, elle est belle et de bonne humeur

Pour reprendre l’expression cinématographique à la mode, la droite des gros câlins comme disent certains a des humeurs volages. Sans être expert en océanographie ou courantologie, je peux vous dire que le spot bouge et la vague est changeante pour nous proposer à chaque fois un moment inédit. La session de la veille, un poil plus gros, ne permettait que quelques hooks et quelques visières hasardeuses et tout de même de bons drops malgré les clapets soufflants toujours aussi violents. Hé oui on se rince l’œil en passant ! Souvent absente et taciturne la belle a pourtant un caractère bien trempé. La dalle ne bronche pas et vous attend à la moindre gourmandise ou écart de comportement. Attention de ne pas trop jouer avec la coquine après le bottom : Quand elle vous prend elle vous rince froidement…

10960443_10202864278802448_8371244611934960854_o

Beau temps et vague radieuse

Après quatre heures de surf tranquille dans de belles vagues sur ce spot, deux roustes valaient mieux qu’une pour me ramener à la raison et mettre un terme à une session sans fin. J’en ai donc fait la bonne expérience !

10960161_10206158673345284_3212449310724629139_o

Après quatre heures de ces jolis petits barrels, j’ai dû gentiment payer l’addition…

«Il ne faut pas abuser des bonnes choses, il va être temps de rentrer à la maison » m’a-t-elle susurré à l’oreille. Le premier avertissement ne m’a pas convaincu de tourner les talons avec ce premier raclage de dos juste assez tonique, comprimé contre la dalle puis traîné dessus. « La combi ? » ; « Non rien » ; « bizarre quand même ça chatouille… » Allez c’est reparti pour un tour y’a encore de quoi consommer ! « Où là là celle-là pas sûr que ça passe, merde je ne tombe pas au bon endroit … » Enfin !!! Il était temps ! J’allais pouvoir faire demi-tour et rejoindre les miens. Cette deuxième correction m’en avait convaincu. Ce double aller-retour sous l’eau fut un mauvais moment à passer sans conséquence bien sûr mais avec quelques mauvaises idées qui vous traversent l’esprit. Il y eut pour moi un passage sur le ventre traîné sur le bout des doigts (heureusement y’avait pas de moules sur le caillou à cet endroit, elles doivent peut-être avoir du mal à rester accrocher) puis un rebond claqué douloureux désagréable sur le bas du dos. Fatigué, courbaturé ou écœuré, cette bonne sanction me poussa gentiment vers la sortie … Certains surfeurs sont-ils sadomaso ? Oui mais moi pas !

20150217_173027

C’est pas méchant mais cela rappelle que sous le spot les blocs vous attendent …

Reste une énigme. Pour cette deuxième boîte, là encore seul mon dos s’en souvient. La combi est nickel, merci XCEL et les 5mm de matelas ! Comment est-ce possible d’imprimer des griffures à travers sans griffer la combi ??? Si un technicien physicien à la réponse il me fait signe ça m’intéresse de savoir. Je n’imagine même pas la sentence en boardshort… !

10834916_10206158678465412_1577895961190568973_o

Quand elle est en trans, les sets s’enchaînent et plus rien ne vous arrête…

Petit conseil en passant, mettez une cagoule ce n’est pas vraiment sexy mais ça peut rendre service en cas de rayage de tête et ça permet surtout de rester des heures dans le froid. On l’a constaté avec amusement lors de cette session où tous les cagoulés ont eu le meilleur temps de surf sans compter les minutes… Après si vous aimez vous faire flageoler par le vent d’est tout l’hiver ça vous regarde et puis ça en fera plus pour les autres !

10974721_1526517734239650_5180625057476582505_o

Ce magnifique bloc en dit long sur les dessous de la belle…!

Merci à Juju Le Prévost, Benoît Merle, Cédric Gourio et Mathias Livet pour les photos

LE RETOUR A LA MAISON…

Kaolins-4516.jpg

Notre reporteur local Crousti Ouioui (page facebook “surf et boogie guidel beach”) passe toujours faire un tour entre deux coup de fil ou travaux de dessin à l’affût de la moindre mémère qui passe !

Fraîchement revenu de Guadeloupe, il me fallait encaisser rapidement une amplitude de -30°C passant d’un bon 32°C au soleil à du -5°C en température ressentie… Je tombe le boarshort et oublie l’eau à 25°C pour retrouver du 9 10°C plus que correct pour la saison. Après un hiver finalement doux c’est en fin d’hiver que l’eau s’est mise à geler. A ce propos, il suffit de regarder les relevés de température pour s’apercevoir que c’est toujours fin février- début mars que l’eau est la plus froide alors même que les jours rallongent et que l’on se croient un peu trop tôt sorti d’affaire …

Bref, pas une seconde d’hésitation, mes 5/4 hooded top du top sont sèches et ne demandent qu’à être trempées ! J’avais guetté les prèvs depuis Orly et tout m’indiquait que dans les jours suivants il y aurait un bon coup malgré des températures  bien basses et un vent off shore soutenu.

La suite en images comme si vous y étiez dans ce tranquille lundi glacial sur la côte lorientaise où y’a toujours quelques potos pour taper la discut avant et après la session … !

Merci à Tom BODIOU pour cette vidéo “à l’improviste” bien symapthique !

SURF IN THE FOG

surf-in-the-fog-5799.jpg
Juste avant que le brouillard nous plonge dans la plus stricte intimité

Cela arrive rarement aussi tôt que cette année (dès le mois de février)  mais comme souvent à chaque intersaison, les extrêmes différences de températures entre l’eau et l’air nous plongent pendant quelques jours dans un épais brouillard qui donne au surf une ambiance toute particulière. Vous avez l’impression d’être seul au monde avec vos quelques camarades de session dans un calme assourdissant. Cela s’accompagne d’un joli « dead glass ». Il n’y a pas un souffle d’air pour contrarier le déferlement des vagues sur les reefs. Et quand ça se lève c’est plutôt mauvais signe. Le vent pousse les nuages et le clapot pointe son nez !

surf-in-the-fog 4321
Encore assez de visi pour ne pas surfer à l’aveugle !

La seule difficulté réside dans le fait que vous perdez presque tous vos repères visuels habituels. Sur un spot juteux et éloigné du bord cela peut parfois devenir un cauchemar !  Le manque de visibilité rend la série du jour plus que sournoise. En effet, quand le set fantôme se dresse dans l’ombre il faut réagir vite surtout lorsque vous surfez au-dessus du caillou ! C’est aussi cela qui vous fait rater quelques belles vagues décalées que vous n’avez pas su voir venir. Cette brumasse rend la session mystique et le décor disparaît. Groix, le cochon, les falaises, l’embouchure, le fort bloqué et les plages ne sont plus de ce monde où que vous soyez sur la côtière.  Il ne reste plus que vous et la vague en tête à tête.

surf-in-the-fog 5763
Tout le monde se fait berner par le fog ou la marée un peu basse …

surf-in-the-fog 5742
Line-up en voie de disparition !

Mais lorsque les vagues deviennent invisibles depuis la plage cela décourage souvent un maximum de gars. C’est un avantage substantiel et compensatoire non négligeable ! On se demande où est le bon pic, est-ce que c’est assez gros pour que ça marche sur la dalle, ?. Il ne sera donc pas rare de surfer dans ces conditions à 3 ou 4 dans une atmosphère détendue. On surfe pas tous les jours dans le brouillard mais de temps en temps ça fait plaisir !

surf-in-the-fog 5711
Quand les vagues disparaissent Juju trouve toujours de quoi s’amuser avec son boîtier photo,  classe non ?!

SUNRISE ON THE BLOCKS

JUJU-TOFS-9822.jpg

JUJU-TOFS-9874.jpg JUJU-TOFS-9877.jpg

Une sess à seulement quatre ou cinq sur un bon reef capricieux qui se réveille et même si ce n’est pas la session de l’année, ça n’a bien évidemment pas la même saveur que les nombreuses sorties quotidiennes sur les beachbreaks réguliers ou autres petites roches du coin en pleine foule. Si l’excitation n’est pas la même à l’approche de la session c’est aussi parce que l’on doit attendre parfois des semaines que tous les facteurs se conjugent pour scorer. La bonne marée en plein jour, la houle, le vent, … et puis pas trop de monde sur le créneau !

JUJU-TOFS-9902.jpgJUJU-TOFS-9903.jpgJUJU-TOFS-9905.jpgJUJU-TOFS-9906.jpgJUJU-TOFS-9907.jpgJUJU-TOFS-9910.jpg

L’ambiance du moment participe toujours à l’évocation d’un bon souvenir dans l’eau. Ca tourne au pic, forcément on n’est pas nombreux et ça rigole (mon collègue loss s’est mis une bonne boîte mais a aussi choper la bombe !) Juju Le Prévost (le photographe derrière l’objectif) est à peine sorti de sa nuit d’infirmier qu’il est comme une pile, à pousser à bloc un pote à lui venu juste pour voir et le motive à en prendre au moins une…! Elle ne viendra pas pour lui mais je crois pouvoir vous dire qu’il a passé un bon moment !

JUJU-TOFS-9791.jpgJUJU-TOFS 9792

Et puis la Nature fait le reste. La lumière du matin en cette belle journée d’été (heu pardon d’automne!) sur le glass mirror, le fracas du rideau qui s’abat sur le caillou,  les visions de vagues vierges et des quelques souffles qui passent en remontant au pic sans avoir besoin de faire le moindre canard (on en fait assez comme ça toute l’année !), les late drops tendus au-dessus du rocher (c’est plus dur que du sable quand même !) et les quelques visions de l’intèrieur  … C’était juste la petite histoire d’un bon sunrise on the blocks !

JUJU-TOFS-9766.jpg

WINTER KAOS

               LNP_4991.JPG

LNP_4815.JPGLNP_4819.jpg

Le spot maison des Kaolins s’est à nouveau réveillé avec la session du mois de février à ne pas manquer. J’ai surfé 4 heures d’affilée avec un étal de marée haute moins bon mais quelques demi-heures bien incroyables au montant et descendant… !

Merci à mon pote Laurent “Bob” Nevarez pour ces quelques jolis clichés (il en a gardé quelques autres au chaud)

Plus d’articles sur son website www.trimline-mag.com

LNP_5749.jpg LNP_5801.jpg

FIRST SURF OF THE YEAR

img3513qimg3824g.jpg

Sans les gants ça commence à être juste !                      Aux Kaolins le caillou n’est jamais très loin !

img3713ayimg3715du

En route pour une petite vision de bonheur !

Depuis toujours et ce n'est plus vraiment une légende, le 1er de l'an nous offre des sessions sympathiques et offshore. Et pour ceux qui ont la gueule de bois et les bras un peu courts après une nuit souvent bien courte, la houle est parfois bien gentille et les attend jusqu'au 2 ! Bizarre, les spots étaient en effet dix fois plus gavés de monde 24 heures après la fête !

Après un samedi en très petit comité au pic, c'est donc avec plaisir que l'on a pu se remettre à l'eau ce dimanche avec les potes sur notre spot bien connu mais capricieux des Kaolins. Petit jour certes mais vagues très clean et bonne ambiance de jour de fête entre des sets qui se faisaient un peu attendre. Un bon moment de surf pour bien démarrer l'année !

Ci-dessous des clichés de deux photographes aquatiques courageux et passionnés (Juju et Seb) qui n'hésitent pas à braver le froid en totale immersion pour s'offrir et nous offrir quelques jolies visions !

L'hiver sera long, l'hiver sera rude mais l'obsession n'a d'égal que la passion !

Julien Le Prévost : http://www.julienleprevost.com

Sébastien Le Quéré : http://www.vague56.com

Kaolins 1868

                   Deep inside, un oeil sous la visière

 

Bonne année, meilleurs voeux et meilleures vagues !

L’APPETIT VIENT EN MANGEANT …

La droite des Kaos ( ou KOs) fonctionne trop peu souvent mais quand la belle se remet à marcher elle vous garantit de rentrer à la maison avec un bon lot d’images et de sensations gravées en mémoire. La grosse marche au take off dans le premier bowl puis le deuxième où on cherche à se caler  parfois dans le tube…
Une chose est sûre, se faire balancer ou écraser en bas de vague par le lip bien épais ouvre l’appétit tant que l’on s’en sort indemne… La vision de souffles puissants et les hurlements de la horde, les air drops et les tubes des uns et des autres présents pour célébrer  le réveil de ce spot world class sont autant de moments inoubliables. Et quand ça vous arrive, une bonne boîte, y’a pas à dire ça vous remet les idées en place. La séquence ci-dessous date de mon avant dernière session sur le spot. Parti un peu late, je n’ai pas eu le temps de prendre suffisamment de vitesse à la rame pour être dans le bon timing de la vague et quand j’ai voulu accrocher le rail dans la paroi pour attraper le tube, c’était trop tard …  Une fois en bas, à peine le temps de corriger ma trajectoire que je me suis fait proprement corriger sans demander mon reste. Je me suis fait littéralement digérer par la washing machine ! Après ce air drop, et un petit tour de machine à laver plus tard, je me suis fait plaquer sur le dos à même la dalle de roche pour n’en  redécoller que quelques secondes après.  Une bonne frayeur quand on sait que le spot a déjà quelques fractures à son actif et que ce jour là, avec le petit coefficient de marée y’avait pas beaucoup d’eau…
Un mois plus tôt et malgré le vent on shore modéré on s’est retrouvé à 5 locaux avec Erwan “kiki “Simon, Steph “le basque” Ibarboure, Phil Le Leannec, et Vincent “cucu” Primel et moi-même pour une session tout aussi chargée en ardénaline et bien moins engageante au vu du plan d’eau … (voir photos de B.Merle dans mon article Winter time) 
Vous savez ce genre de jour où finalement c’est soit 50cm avec 100 gugus à “Kercentre “(copyright PL!) ou une bonne barre pourrie au Fort Bloqué … Ce jour là  avec un vent medium pas trop fort et une marée bien haute, les Kaos proposait une option intéressante. Mais de grosses séries sont venus balayer le line up et je me suis fait piéger. Phil et Erwan ont passé cette vague de justesse une petite dizaine de mètre devant moi. Juste le temps de prendre ma respiration pour un canard lâché concentré décontracté. Bim boum, un impact de la board puis de la dalle, le temps qui vous semble bien long et la sortie à bout de souffle pour une deuxième  vague sous l’eau 30 mètres plus bas que le peak. Le genre de session où on prend pas forcément beaucoup de vagues, genre 5  à10 vagues maximum, mais qui vous apportent beaucoup en sensations et en expérience.
En attendant la prochaine bonne session sur le spot que l’on attendra peut-être longtemps il nous reste les souvenirs pour en saliver d’avance … !
(quelques autres photos des KOs dans mon album “kaolins”)
RGL09 4523RGL09 4523
RGL09 4525_RGL09_4526.jpg
_RGL09_4527.jpg_RGL09_4528.jpg