RIP MONSIEUR PETER

1508071118_0Peter Daniels, la classe à l’état pur du coup de scie dans le pain de mousse jusqu’au coup de crayon.

C’est avec beaucoup de peine que j’ai appris la disparition d’une légende du shape, Peter Daniels. Le Sud-Africain a travaillé avec les plus grands surfeurs de l’histoire mais aussi pour toute la communauté surf à l’international. J’étais un des fans de Peter pour ses planches vous l’avez compris mais aussi pour sa simplicité et sa sympathie. J’ai eu la chance grâce à mon ami Cédric co-fondateur de Viral Surf de le rencontrer et de discuter du shape de mes planches avec mon anglais moyen ! C’était il y a presque 10 ans et je m’en rappelle comme si c’était hier. Depuis j’ai surfé des dizaines de Peter Daniels et n’ai cessé de surfer ses différents modèles customisés dans toutes les conditions mais surtout exclusivement sur les reefs, les points breaks et les beach breaks massifs.

P1010457

Une de mes nombreuses fournées (Seule le rétro fish n’est pas une Peter Daniels sur cette photo) que j’ai pu lui commander ces dix dernières années. Ma fidélité à ses planches n’avait d’égal que la qualité de ses shapes

J’ai toujours commandé mes planches les yeux fermés et je n’ai eu que très rarement une planche ou un modèle qui ne me convenait pas.  Depuis quelques années je surfais aussi des CABIANCAs avant le départ de Johnny pour le Brésil et plus récemment des TAZs pour rafraîchir mon surf dans les petites et moyennes vagues de tous les jours à la maison mais ses outlines, l’équilibre de ses rockers, la finesse de ses courbes, la précision de ses rails faisaient de ses planches de véritables Formule 1 dans lesquels j’avais la plus grande confiance. J’ai aimé aussi ses modèles expérimentaux comme la Fang et la Mi Lady (ma femme l’utilise très souvent et envoie toujours de bons carves avec !) mis au point avec les riders basques de chez Pukas tels les frères Acero ou Aritz Aramburu toujours sous la main et motivés pour lui donner le meilleur feedback. Celles qui sont dans ma cave y resteront et seront surfées ça et là pour toujours. Repose en Paix Monsieur Peter.

LNP_5805

Une des très nombreuses vagues que j’ai pu surfer avec tes boards. Tu étais le boss pour nous donner du speed et du drive dans le creux.

SURF SESSION LOCAL

11182214_10206118962434984_385737256067601160_n

Ci-dessus, la petite présentation de mon univers de surfeur guidélois que j’ai eu l’occasion de décrire pour Surf Session dans la rubrique “Local” grâce à Thomas Mitch Deregniaux et que je remercie au passage. C’est bref mais c’est toujours fun de jouer au jeu des questions réponses surtout pour un grand bavard comme moi haha !

Enjoy Guidel-Plages !

C’EST L’ETE ET TOUT LE MONDE PARLE DE SURF !

Je suis régulièrement contacté via mon blog pour diverses demandes d’échanges de liens, de petits partenariats ou demandes d’écriture. Le site internet “tendance fashion jeun’s” http://www.lifestyle-lemag.com m’a proposé d’écrire un article sur mon parcours et ma passion du Surf. J’aimais bien le nom du site (ça aurait pu être un site de surf hahaha !!!) et le contact mail fût bien cool alors pourquoi refuser ? La peur de vulgariser notre activité et de la démocratiser à outrance ? Que néni point en tout ! Quand on bosse dans le Surf et que l’on aime ça, on ne se retient pas de diffuser quelque chose d’aussi positif et passionnant ! Et pour ceux qui se plaignent de la surpopulation des spots fallait être né avant car c’est bien connu c’était toujours mieux avant !
Ci-dessous l’article :
LE “SURFING WAY OF LIFE” DE DAN BILLON

Dan Billon raconte sur Lifestyle – le Mag, comment il est arrivé à faire de sa passion un véritable métier. Une histoire qui en fera rêver plus d’un(e).

Skateur acharné toute mon adolescence, je n’étais a priori pas fan du surf parce que je ne connaissais pas cette activité et j’en avais donc une image fausse ou biaisée. La méconnaissance vous mène toujours à des idées préconçues fausses ou biaisées?

Et s’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, c’est aussi grâce à mes amis de toujours que j’ai chambrés trop longtemps au bahut parce qu’ils faisaient du surf que j’ai débuté puis découvert les vagues du sud-ouest à 17 ans lors de trips entre potes. Dès ma première vague, le virus m’a instantanément et à jamais envahi. Il n’y eut plus aucun doute dans ma tête. C’est ce qui allait orienter mes choix de vie. Les sessions à rallonge jusqu’à la nuit et matinales au lever du soleil s’enchaînèrent pendant toutes les journées disponibles de mes années lycées. Puis vint le choix des études. Où se trouvent les meilleures vagues à 15 minutes d’une Fac ? Brest était la plateforme idéale pour cruiser sur le littoral nord très bon en hiver ou s’échapper sur la presqu’île de Crozon et surfer entre deux cours sur les bons spots de la région brestoise. Étudiant en STAPS et comme il m’était impossible d’imaginer une seule seconde quitter le littoral pour m’expatrier à Paris pendant 10 ans, je m’en suis donc remis une fois de plus à ma passion du surf pour subvenir à mes besoins. Le BE skate puis le BE Surf en poche c’est tout naturellement que je me suis investi dans mon Club de toujours, la West Surf Association de Guidel-Plages. Quelques années de maître d’internat dans un lycée m’ont aussi permis d’assouvir dans un premier temps ma passion et d’étancher ma soif de vagues et de surf trips. Les sponsors m’aident aussi d’une manière substantielle depuis de très nombreuses années. En ayant commencé le surf à 16 ans sur le tard dans une région moins propice à de bonnes conditions régulières que le sud-ouest de la France, je réalise surtout que cette envie boulimique de surf, de dépassement de soi et de trip entre potes m’a permis de bouger à fond un peu partout ! C’est également grâce à ma femme (et maman de mes deux petits de 1 et 4 ans !), surfeuse et bonne bodyboardeuse (vice-championne de France 2006), passionnée de voyage que j’ai continué à explorer de nouvelles vagues un peu partout.

Sans vouloir faire cliché, quand on le vit aussi intensément, le Surf c’est tout simplement un véritable mode de vie, le « surfing way of life » et c’est donc devenu le fil conducteur de mon existence depuis près de 20 ans. Je bosse dans le Surf, ma maison surplombe le spot pour avoir toujours un ?il sur les vagues et accessoirement surfer les meilleures sessions ! Je n’ai finalement jamais eu d’autres envies professionnelles que de m’épanouir dans le Surf. Un temps commercial pour un de mes sponsors j’ai finalement choisi l’enseignement du Skate et du Surf par passion.

Je continue de vivre ponctuellement, l’hiver et en fonction de mes disponibilités, au travers du concept d’itinérance stratégique que j’avais élaboré et étudié en Sociologie à la Fac. Aujourd’hui l’ère de la vague surconsommée et surpeuplée  s’est ouverte et il va falloir une fois de plus s’adapter à cette évolution. Le surf déchaîne les passions chez de plus en plus de gens, jeunes et moins jeunes, qui sont fascinés par la vague, la mer, les sensations de glisse et le bien-être dégagé par la pratique de cette activité ainsi que par le mode de vie qui en découle. Une des grosses chances du surf c’est d’être un sport qui se pratique dans milieu incertain, naturel et non standardisé où les conditions évoluent au gré des vents, des marées, des courants et bien entendu variant d’autant plus selon la taille, la fréquence et l’orientation de la houle. Cet éventail de conditions favorise la recherche de nouveaux espaces, de nouvelles vagues dans des ambiances et paysages tous aussi singuliers. Embouchures, pointes, plages, criques, baies sont autant d’espaces de jeux pour qui aime varier les plaisirs ? Et en Bretagne on trouve un peu de tout ! La quête des vagues donne à l’être une sensation de bien-être, de légèreté et de liberté. Ainsi, le surfeur s’évade ainsi à chaque sortie de l’espace-temps normatif de notre société et met entre parenthèses le temps d’une session de surf ses attributions socioprofessionnelles contraignantes. Bon surf à tous !

Un grand merci à mes sponsors : XCEL, Smith, Vestal, OAM, Futures Fins, Pukas

QUAND C’EST FLAT TOUT LE MONDE NE S’ENNUIE PAS !


De Gauche à droite: Kristen Billon, Tom Kiefer, Maïna Kiefer, Lou Le Léannec, Nina Le Léannec

Pendant que les parents sont en extase devant leurs minis moi, les mini pouces s’en donnent à coeur joie sur le Stand Up gonflable de la famille Kiefer. Une manière d’aborder la glisse particulièrement ludique et en équipe s’il vous plaît !

Et puis même si ce flat est particulièrement long pour être souligné, profitons en car il ne fait pas tous les mois 30 °C tous les jours à guidel …! Enjoy les kids !!!

REPOSE EN PAIX MISTER FRED KANA

Je viens d'apprendre ta disparition et je suis très attristé par cette nouvelle. Nous avions toujours eu des échanges intéressants autant sur la marque et son évolution, sur le surf  comme sur les valeurs et le fonctionnement de notre société et la vie en général notamment à l'occasion des présentations de collection auxquelles je participais. Tu étais quelqu'un d'à la fois très ouvert à la discussion et très déterminé dans tes choix. Réservé et jamais dans l'esbroufe, tu ne te plantais pas souvent de chemin. Mais convaincu que « la stagnation n'existe pas pour une entreprise, que tu progresses ou tu régresses donc tu dois aller de l'avant » comme tu me l'avais souvent dit en ces termes tu avais choisi le chemin d'une croissance effrénée qui malheureusement n'a pas tenue. Tu y as mis tout ton c?ur et toute ton énergie pendant plus de 20 ans. Et si j'étais si admiratif de ta personne c'est bien parce qu'alors skateur et tout gamin je fus un fan de la première heure de cette marque tellement originale et engagée, de tous ces logos et ces dessins dans un esprit relax et peace and love our mother nature, ? Et mes parents  y ont laissé quelques sous pour mon plus grand plaisir ! Alors ados, jamais je n'aurais imaginé partager un bout d'histoire avec la famille Kana Beach. Puis c'est ta rencontre au Surf et Skate de Plouharnel en 1999 et celle de Boul l'un de tes acolytes qui a été le point de départ d'une relation cordiale et sympathique en tant que membre du Team pendant 7 ans. Tu aimais la convivialité et je me souviens très bien avoir ridé en snowboard avec toi et tout le crew invité aux 7 Laux. C'était quelques temps avant que Kana ne prenne une orientation qui me convenait moins et les rencontres m'amenèrent ailleurs. Mais la dernière fois que je t'ai vu sur ton spot du Minou au soir de la remise des prix d'une compétition jeunes il y a deux ans, c'est encore dans une atmosphère conviviale et avec un plaisir mutuel que nous avons bavardé longuement. Si je m'adresse à toi ce soir c'est parce que j'ai le sincère regret de ne plus pouvoir recroiser ton chemin au hasard d'une vie sur notre bonne vieille planète.

Le surf breton te doit beaucoup et te l'a je l'espère bien rendu !

Sincères condoléances à tous tes proches. Kenavo

Rest in Peace and Love Fred

J’AI TESTE POUR VOUS LA STAND UP BEACH RACE !

webcopie_DSC4212.jpg
Allez un petit clapot sous la board pour gratter quelques dixièmes et récupérer un peu !

Depuis le temps que mon ami Greg Closier, bon Surfeur et très bon Supeur http://gregclosier.blogspot.fr, me sollicitait pour tester un Downwind (parcours vent et houle dans le dos permettant de surfer des ondulations sur des centaines de mètres) ou une Beach Race (parcours en bord de plage alliant l’effort à la stratégie au sens marin et aux qualités de surfeur), j’ai enfin pu prendre un départ !  En effet, à l’occasion de notre 10ème West Surf Challenge, festival de glisse que nous organisons avec la WSA chaque année, j’ai ramé sur un parcours de 2 km (3 tours avec deux passages sprint sur le sable soit 6 km) avec une planche 12’6” Hobie gentiment prêté. Et ben franchement, ça fait la caisse !

J’ai découvert un univers que je ne connaissais pas mélangeant des Supers issus de cultures différentes. Certains viennent en effet du kayak, de la planche à voile ou de la voile voir même  d’autres sports énergétiques et une autre partie des coureurs sont aussi de purs surfeurs. Il est vrai qu’au premier abord je n’étais pas spécialement attiré par cette discipline et sa nouvelle dynamique toute récente. Personnellement je ne trouve pas plus élégant que ça l’allure sur l’eau.  Mais j’ai tout de même décidé de participer pour voir, me faire un point de vue et vous en parler ! Par ailleurs, force est de constater que cette discipline vient d’intégrer dernièrement la Fédération Française de Surf et le Sup participe grandement à la démocratisation du surf et de la glisse en général  car il est possible de SUPer n’importe où sur n’importe quel plan d’eau sans vagues.

webcopie_YD12592.jpg
Les encouragements dans un grand moment de solitude ça fait pas de mal, merci au crew WSA !

Bref, je me suis bien pris au jeu et j’ai passé un bon moment dans une ambiance conviviale et détendue cherchant sur chaque bord à affiner mes appuis, à choisir la meilleure trajectoire, à gratter le gars de devant par un petit surf et à bien sûr réaliser un effort qui vide la tête, les bras et les jambes ! La notion de dépassement de soi est bien présente et ça me plaît bien. C’est un bon complément pour une préparation physique aboutie. Pour cette première sur ce support je termine 11ème sur 22 et je vois déjà les lacunes à gommer par l’entraînement pour approcher les meilleurs de la discipline, mais franchement vu mon emploi du temps surf, pour moi ça restera de temps en temps, à l’occas comme on dit et  « just for the fun » !

Ce qui m’a plu également et qui à mon avis détend pas mal l’atmosphère c’est qu’on ne peut pas discuter un chrono. Je suis tellement habitué aux compétitions de surf où une part de subjectif s’incruste dans le jugement que j’ai apprécié également l’idée d’être jugé par un simple temps. Ça rend le résultat indiscutable et l’ambiance s’en ressent forcément? Pas de blabla après la course, moins de fausses excuses, ? ! Mais bon les débriefings d’après surf même houleux et peu consensuels c’est aussi ce qui fait parfois le charme du Surf !

Pour revenir à la SUP Race, je tenterais peut-être bien un parcours Downwind un de ces quatre et pourquoi pas me refaire une Beach Race de temps en temps. Par contre vous ne me retrouverez probablement jamais sur le Rhin, le Rhône et la Seine pour un effort brut sans houle sur un plan d’eau totalement plat. Je respecte  mais c’est complètement en décalage avec mes aspirations. En Surf, en plus de se pratiquer en pleine Nature et de procurer des sensations incomparables, on est totalement immergé dans l’élément en mouvement  et non au-dessus de l’eau comme en SUP.  Mais, de temps en temps, après avoir enquillé un bon paquet de cours de surf et en fonction des conditions également, je ressens le besoin d’être au sec et donc de sortir la pagaie !

webcopie_DSC4188.jpg
Début de deuxième tour, nom de diou encore 4 km et ça brûle déjà les épaules et les mollets !

RENT A SURFBOARD

Un ami de Capbreton vient de créer avec un associé un site internet qui a très certainement beaucoup d’avenir. En effet, avec www.rentasurfboard.com il est désormais possible de réserver la planche de votre choix avant même de vous retrouver sous les tropiques ! C’est notamment très intéressant pour les surfeurs qui utilisent de gros supports encombrants et coûteux en excess baggage (longboard et SUP)  mais également pour tout surfeur contraint de voler sur une compagnie qui vous dissuade de transporter des planches ou encore pour d’autres qui n’axent pas tout leur séjour sur le surf.

Image 1-copie-1

rentasurfboard.com goes live

rentasurfboard.com goes live offering a unique service for you to reserve in advance of your trip, a quality surfboard, longboard or SUP at your travel destination.

If you are tired of the hassle, and often outrageous costs involved with your surfboard travelling with you then rentasurfboard.com aims to provide the solution.

Simply choose from the list of boards available at your chosen destination, reserve the actual board you want to ride then pick it from the hire centre when you arrive or even have it delivered to your hotel.

Rentasurfboard.com controls the quality and condition of the boards ensuring they are in good condition and the range of boards offered caters to all levels and abilities.  

So if you want to enjoy the experience of surfing the board YOU want to ride and guarantee that the board is available for you then reserve it in advance of your trip through rentasurfboard.com

VU DANS BEACHBROTHER !

photo-1-copie-1.JPGphoto-2.JPGphoto-3.JPG

C’est avec plaisir que j’ai lu le dernier grand format Beachbrother annual. Beaucoup d’articles intéressants, variés et de très belles photos. J’ai d’ailleurs eu le droit à un petit encouragement concernant mon surfblog. Ca fait plaisir ! D’autant que je prends un peu de temps pour écrire des articles sur divers sujets. Actuellement en standby en raison d’une connexion internet maison défficiente depuis déjà un mois ( merci SFR ! ) je vous promets de m’y remettre d’ici peu.  Pas envie de courir les cybercafé. Je garde donc quelques articles et news en stock !

La houle rentre cette semaine, alors bon surf à tous !