XCEL EUROPE NEW WEBSITE !!!

C’est avec plaisir que je vous présente le tout nouveau site internet pour l’Europe de ma marque de combinaisons préférée ! https://xcelwetsuits.eu/

IMG_0030

Du bon linge à sécher après quelques séries de compet en attendant le tour suivant !

Je vous laisse lire dans la rubrique “About” l’histoire d’XCEL qui fût développée à Hawaii puis en Californie. On y trouve bien sûr le shop online avec les meilleurs produits néoprène du moment !!! XCEL a reçu un nouveau SIMA Awards dans la catégorie “WETSUIT OF THE YEAR” en 2017 … Jugez par vous même !

Anna 3

Du néoprène pour toute la famille !!!

IMG_0982

XCEL, nickel pour se promener été !

15391333_220471695065274_6212546333109486423_o

Et se mettre au chaud en hiver !

https://xcelwetsuits.eu/team/

THANKS SMITH OPTICS TO PROTECT MY EYES SINCE FOR SO LONG IN MY LIFE OF BEACH !

20160707_101213Stand Up Time !!! C’est chouette le soleil, c’est magique la réverbération, c’est le bonheur le beau temps mais n’oubliez pas de sortir couverts !

Ça fait déjà 15 ans que je porte fièrement les montures de la marque américaine connue et reconnue dans tous les sports Outdoor. C’est suite à la rencontre de Laurent Claude Perez, opticien (mais aussi windsurfeur et surfeur !) de Guidel puis à Belz  qui accepta de me supporter d’abord avec son enseigne. Laurent Claude aime le caractère de la marque et son rapport qualité/look et décide de la faire connaître dans la région. Il la vend encore aujourd’hui dans sa boutique de Belz(56).

IMG_2798

Pour donner des cours de Surf à longueur de journée ou se balader constamment dehors, les binocles de soleil me sont d’une grande utilité…!

Grâce à lui je fus en connexion direct avec la marque Smith Optics dirigé pour la France à l’époque par Sylvain Faivre qui m’intégra rapidement dans le team.

chp_bzh_open_2013_082

A chaque fois un plaisir de renvoyer l’ascenseur !

Smith est une marque incontournable à la montagne (où même en Europe la marque américaine s’exporte très bien) et exporte également ses lunettes de soleil sur les toutes les plages du monde ! Smith c’est quand même la marque, qui lança (entre autres innovations) sur le marché le masque « Double Lense » pour ne plus subir la buée sur les pistes de ski… !

_SCN0683

Snowboard time, paysage de dingue sur les sommets, on en prend plein les mirettes. Du tout confort les masques Smith !

Pour ce qui me concerne, je traîne sur tellement de spots et de compétitions depuis toutes ces années que ce fût et c’est encore une chance et un réel confort d’être régulièrement équipé en protège yeux ! J’ai fait ensuite de l’enseignement du Surf et du Skate mon métier et le soutien de Smith m’est donc depuis si longtemps du plus grand intérêt pour ne pas me laisser brûler la rétine par l’astre solaire !

Et cette année, le soleil est enfin là même en Bretagne hahaha, alors n’oubliez pas de vous équiper et accessoirement soignez votre look ! Si vous êtes par chez moi, vous trouverez Smith chez les meilleurs revendeurs optique :

  • Atol les opticiens à Guidel  tèl : 02 97 02 72 95
  • Optique de La Ria à Belz tèl : 02 97 55 22 57 www.optiquedelaria.fr

Pour tout savoir sur Smith :  http://www.smithoptics.com/fr/

11004566_1526726920885398_148278446095207618_o

Big thanks à Arnaud Guérin, mon team manager, pour m’avoir renouveler sa confiance depuis si longtemps et à Sylvain Faivre pour m’avoir soutenu dès le début. Enjoy the ride les mecs !

THE LORENTZ’S SHAPING ROOM STORY

IMG_0989C’est avec plaisir que je vous présente Axel Lorentz, shaper discret et relax. Sans faire d’esbroufe il reste l’un des meilleurs shapers de la scène européenne reconnu par ses pairs et dont j’apprécie les shapes de la Sixtyninners ou de mon mini simmons bar of soap Geronimo revisité en quattro comme de ma bombe à tubes 6’2’’ High Voltage Quattro ! Retour sur son background, son parcours et son expérience dans le métier. Bonne lecture !

Salut Axel, peux-tu te présenter brièvement ?!
J’aurais 45 ans en Avril. J’ai grandi dans les Alpes et j’ai débarqué à 21 ans sur la côte basque. Mon père m’a mis sur les skis à deux ans, au ski club à 4 ans jusqu’au ski études au collège. Je ridais aussi en snow. Puis j’ai fait des saisons d’hiver et donc des saisons d’été. C’est là que j’ai découvert tout naturellement le Surf avec un pote en tentant une saison sur la Cote Basque, je n’en suis jamais revenu.

Où et quand as-tu commencé à shaper ?!
Ça fait donc 19 ans que je shape sur la côte basque. Ce fût un concours de circonstance. Je fabriquais déjà des objets miniatures à la montagne, des minis Snowboards,… en différents matériaux puis lors de mes saisons d’été des minis Surf,…Puis j’ai monté mon atelier Saioa Surfboards à Bidart en 1997 et Michel Borel, shaper de PSM m’a aussi pas mal formé. Il avait besoin de coups de mains et moi de bosser davantage pour boucler les fins de mois. Il m’a appris pas mal de techniques de travail en shape et en glass.

road-r
Longboard skate made in Bidart au début des années 2000 !

Je me souviens de ta collaboration avec un shaper australien Chris Garrett, en quoi cela consistait ? Qu’est-ce que cela t’as appris ? Les limites de cette collab ?
J’ai rencontré Chris Garrett au salon Nautique de Paris en 2001. Nous avions un stand avec l’association des Shapers d’Aquitaine (ASA) avec Gérard Dabbadie, Stark entre autres. Les australos faisaient un tour d’Europe, une expo à Paris et cherchaient des partenaires en Europe pour pousser un label. Ils souhaitaient utiliser la notoriété de chacun tout en restant indépendants. L’idée était aussi de profiter d’échanges lors de voyage de shape, de rencontrer et partager des riders aussi, et surtout d’avoir une communication commune (logo,…). Je suis donc parti shaper en Australie l’hiver suivant. J’ai continué à apprendre et c’était une bonne chose pour moi. Il a mis en jeu son image pour ce partenariat et ça m’a été bénéfique. J’y suis retourné 3 hivers d’affilée.

Ta rencontre avec Cédric de Viral Surf, une boîte du Surf biz qui va plutôt très bien et l’un de ces voyages « initiatique » en Australie, un bon souvenir ? Vous avez toujours évolué ensemble, en parallèle ?
A Bassilour je fabriquais des Longskates et j‘ai rencontré Cédric à Bordeaux pendant une compet. Il est très vite devenu mon premier vendeur de Longskate haha ! Il avait galéré en faisant un Longskate avec la niche de son chien et il m’a demandé des tuyaux haha… ! Plus doué pour la vente je lui ai proposé un deal : « A chaque fois que tu en vends 10 je t’en files un ! » J’ai fabriqué 250 skates faits mains la meilleure année ! On a aussi perdu nos pères au même moment et ça nous a pas mal rapprochés. Et Cédric s’emmerdait un peu en Master Management en stage dans une boîte de logistique du côté de Bordeaux. Il est venu bosser avec moi comme stagiaire pour développer mon business et finir ses études ! Il nous a gagné quelques concours Chambre de commerce et autres, ce qui nous a permis notamment de retourner ensemble en Australie. C’est vraiment chouette de pouvoir continuer à travailler et évoluer ensemble après tant d’années, on a une relation très privilégiée.
Parallèlement dans ton atelier de Bidart, je me souviens que tu ne souhaitais plus faire de la grosse production et tu souhaitais privilégier le shape et le côté artisanal sur l’aspect marketing/vente.
Long, dur et galère … J’ai connu les limites d’essayer de pousser une boîte tout seul dans la cour des grands. La difficulté pour se faire une place dans les shops, la com et les riders à gérer, les salons, les gars à payer à l’atelier… J’ai donc déménagé chez PSM pour faire très peu de planches et travailler à petite échelle sur le marché local.

2003 Atelier de Bassilour

Axel en compagnie de son ami Cédric en 2003 à Bassilour (co-fondateur de Viral Surf avec Julien C.) Le punch de Cédric et la sérénité d’Axel pour un cocktail dynamique et explosif !

Ton arrivée chez Pukas ? Avec un tel outil de production c’est un peu le rêve non, plus de paperasse, pas de carnet de commande ou de stocks à gérer ?!
Cédric rentre un jour de chez Pukas et passe me voir avec une info. Peter Daniels est dans le jus avec 100 planches à faire en 3 semaines et cherche quelqu’un en ghost pour faire la mission. Cédric me motive a au moins passer le voir. Peter me propose direct la mission. Je passe pour voir et discuter et me met le rabot dans les mains. Il me dit « Si tu ne sais pas shaper pas la peine qu’on discute. » Il me montre un préshape de De Souza et me dit « je repasse dans 3/4 d’heure ! » Il m’a pris pour faire le job et m’a proposé la place à l’année deux jours plus tard.
C’est juste un rêve de bosser avec un outil de travail comme celui de Pukas où je peux pleinement me consacrer à mes shapes et leurs designs ! Je n’ai pas à m’occuper de la gestion d’un atelier…C’est toute une équipe qui s’occupe de la production, de la distribution sur l’Europe et le Japon. La chance aussi de pouvoir travailler avec tous types de riders (free riders, WQS, Big wave riders, Juniors, Gromets…comme Kepa Acero, Aritz Aranburu, Grant Twigg Baker, Natxo Gonzalez, Andy Crière ou les frères Amatriain.
Il faut parfois faire des compromis marketing avec l’équipe pour l’élaboration d’une gamme d’un catalogue,… mais tout le monde est là pour qu’au final le produit soit au top ! C’est aussi une super opportunité aussi de bosser avec tous ces shapers internationaux de passage et mes collègues shapers résidents à l’atelier.

Combien de boards en 2015 ?
Environ 1200 Lorentz et 500 Lost dont j’ai la responsabilité de la production en Europe, mais je vais laisser la production de Lost à un autre shaper très prochainement pour me consacrer pleinement à mon Label et à la gamme Geronimo parce que j’ai vraiment trop de boulot !

IMG_2360 IMG_2352L’un de mes jouets favoris pour les vagues un peu molles mais tendues !

20151228_125320
Ma High Voltage, de la bombe de balle pour les vagues qui envoient la sauce !

Ce que tu aimes le plus shaper, un modèle plus qu’un autre ? Une planche originale qu’on ne fait pas tous les jours ? Une board de pro ? Ton goût pour les planches rétro t’es venu de quelque chose en particulier ?
J’aime vraiment faire de tout. J’ai toujours aimé un peu tout faire et je n’ai jamais eu envie de me spécialiser complètement. J’ai quand même un petit faible pour les planches hybrides avec de jolis finitions et bien travaillées plutôt que pour les trop nombreux « copier-coller » de planches « performances » toutes très proches et standardisées alors même qu’elles ne sont pas adaptées à tout le monde.
C’est vraiment plaisant de shaper pour la gamme rétro de Pukas « Geronimo » car j’ai carte blanche et c’est aussi très motivant parce que c’est la marque à l’origine de l’atelier à sa fondation en 1973 ou 1974. Un bon délire.

Pukas-The-True-Story-19-Casa-Lola-Iñigo-Letamendia-Txema-Elexpuru

Pukas Geronimo au tout début avant l’atelier Olatu /The true story avec Miguel Aspiroz fondateur de la marque

Les Bidartars David Leboulch et Thomas Lafonta sont d’excellents riders et bien cool qui plus est, tes riders parmi les plus fidèles je crois et qui ont dû te donner un maximum de feedback sur tes planches ? Il y en a d’autres auxquels tu penses en particulier ?
C’est super rigolo de faire des planches à David depuis ses 12 ans. Je cherchais un jeune à qui faire des boards sur Bidart et Xabi Lafitte m’avait parlé de lui parce que c’était le plus motivé, toujours le dernier à sortir de l’eau, sympa et prometteur. Mais au-delà de ces planches « performance », c’est ce même feedback qui aide à faire des planches performantes d’un autre genre tout en récupérant des inspirations sur des planches rétro. Ça donne la Sixtyninners par exemple avec un bottom et un rail plus performant inspiré des planches d’avant. C’est l’outline et la répartition d’un single à la base. Au départ c’est toutes les rencontres de gars qui donnent des retours qui permettent de nous faire évoluer nos planches. Je travaille désormais avec le surfeur de gros Grant « Twyggy » Baker pour les guns. Il a son idée d’un modèle grossier, ses grandes lignes à lui pour une bonne planche et ensuite j’adapte cette idée et l’affine en discutant tout le temps avec lui pour arriver au meilleur résultat. Le mec a besoin d’avoir un shaper sur chaque continent pour ne pas tout trimballer à chaque fois et pour avoir des boards adaptées aux vagues locales.

Icons of Foam San Diego 2013 ?
Une compet exhibition de Shape réservée auparavant aux américains et hawaiiens. Une place était ouverte sur candidature. J’ai envoyé et ils m’ont choisi ! J’ai donc pu participer à une « Tribute for Ben Aipa ». Le jeu c’est de reproduire une planche à la main en 1h30 dévoilée juste avant et en public ! 6 compétiteurs s’affrontent. Ce coup-ci : Matt Calvani de Bing Surfboards , Roger Hynds de Bear surfboards, Davey Smith de Channel Islands, Cordell Miller… Je finis 3ème derrière Roger Hynds qui termine premier et Matt Calvani second. Un très bon souvenir !

Ben Aipa, Roger Hynds, Matt Calvani, moi meme,

Axel en bonne compagnie pour le Icons of Foam de San Diego 2013

Ce que tu adores par-dessus tout dans ton métier ?
Je n’ai pas impression d’aller au boulot même si comme tout travail c’est contraignant.
Je pense sans cesse à la prochaine planche ou au nouveau modèle, c’est un peu sans fin, il y a toujours de nouvelles sensations, de nouvelles idées, de nouvelles informations ou échanges. Tellement de paramètres sur lesquels on peut jouer et mettre en interaction.
Je préfère être dans la salle de shape que derrière l’ordi même si aujourd’hui on est obligé d’y être pas mal. Mais même avec les préshapes on utilise encore les templates, les cales et la scie pour les belly channels, ou des tails différents, les wings par exemple… Et pour Geronimo aussi j’ai beaucoup de travail à la main, vu qu’il y a plus de matière ou pour les concaves au nose que je préfère faire à la main parce que je n’aime pas le résultat de la machine pour le moment. On finit encore tout à la main et c’est là que se fait toute la différence. C’est pour ça qu’il y a encore des shapers qui traînent sinon il n’y aurait plus que des designers… ! Et des réparateurs bien sûr haha!

Ce que tu aimes le moins ?
La poussière ! J’en ramène partout à la maison. Je dois faire mes machines séparément de ma femme et ma fille ! Et les interviews ! Ahahaha
Une bonne session de surf pour toi c’est ?!
C’est d’en sortir content, le plus souvent d’une session avec les copains. J’aime bien les vagues quand il n’y pas trop de monde, ou en voyage par exemple ! Celui qui fait la meilleure session c’est pour moi celui qui sort le plus content quel que soit son niveau. Et pour revenir au boulot, le top c’est de savoir que les mecs sont contents de leur surf de pouvoir les aider à progresser et s’amuser avec mes planches. Je n’ai pas trop le temps de surfer, j’ai vraiment beaucoup de job et j’ai du mal à être à jour de tout. J’arrive même pas à bloquer encore de dates pour partir shaper à l’étranger alors même que j’ai des déplacements de programmés !

Les piscines à vagues et le tow-in ça t’inspire quoi ? La fin de l’esprit Surf et de la liberté d’un sport et mode de vie en pleine Nature ou juste le moyen de pousser toujours plus loin les limites ?
Je n’y suis pas opposé. C’est bien pour développer le sport, et assurer un event ou une compet aux JO et aussi apporter le Surf dans des endroits perdus loin de la mer. Même si ce n’est pas forcément ma tasse de thé. Ça peut permettre de faire évoluer le matériel et travailler sur du design.

12440569_1060210277376450_4573873327952086840_o
A+ Axel et merci pour les magic boards !

XCEL WETSUITS : FIABILITE ET INNOVATION

xcel_nominated_sima_header

Deux SIMA Awards 2014 pour la Drylock fullsuit et les Drylock split toe booties. XCEL au top du confort et de l’innovation !

Pendant que sur les forums tout le monde s’échange de nombreux retours d’expérience plus ou moins objectifs sur les combinaisons, je constate que si personne n’encensent la plupart des marques autres que les labels estampillés green ou sur-mesure, absolument personne ne discrédite XCEL. Pour exemple, le forum breton Bzhécume vous propose un sujet « Quel combinaison choisir pour l’hiver ? » avec pas moins de 51 pages fournies comme d’habitude en commentaires plus ou moins bons… On entend parler ici ou là du manque de solidité de certaines séries de toutes marques qui comme chez les fabricants de voitures peuvent connaître quelques couacs de fabrication si le contrôle qualité fait défaut. Sont évoqué pêle-mêle, les prix élevés des green suits dont la qualité semble tout de même au rendez-vous, le manque de background des combis Tribord et leur toute relative compétitivité, j’en passe et des meilleures. Et bien sûr des humeurs de chacun …!

IMG_2121

Pour des sessions de plusieurs heures top confort sans limite de chaleur, essayez une Drylock fullsuit hooded en plein mois de février vous m’en direz des nouvelles …

Personne de s’attarde trop sur XCEL ou alors pour dire que c’est bien mais il n’y a surtout pas ou très peu de détracteurs à mettre la marque sur la table et encore peu de débutants à connaître le simple nom de cette marque pourtant incontournable. XCEL c’est la force tranquille ou comprenez la sobriété au service de l’efficacité !

Si elles sont peut-être moins « fashion » que d’autres produits, les combinaisons XCEL sont par contre d’une fiabilité impeccable avec des prix tenus. C’est une marque qui investit beaucoup pour le développement de ses produits et propose régulièrement des innovations pour en améliorer le confort et les performances. Depuis 6 ans maintenant mon surf hivernal s’en ressent, quelles que soient les conditions climatiques, et les sessions marathon de 3 ou 4 heures sans ressentir le moindre frisson se multiplient. Aucun souci qualité, grosse chaleur, souplesse améliorée, rien à dire si ce n’est que tester c’est l’approuver !

xcel-drylock-powerseam-men-celliant-543-mm-graphite

La dernière innovation en date testée cliniquement, le lining TDC « Thermo Dry Celliant »

Il retient la chaleur plus longtemps que d’autres matières intérieures. Les genoux préformés, les galonnages et les finitions des extrémités sont impeccables. Le néoprène lisse qui a depuis belle lurette fait ses preuves sur le buste coupe toujours aussi bien le vent, donc viva XCEL en Bretagne ! Pas la peine d’en rajouter, c’est beaucoup plus facile de faire de la pub pour un produit qui vous a parfaitement convaincu pendant de longues années et qui vous étonne toujours saison après saison !!!

Pour plus d’infos sur les produits XCEL et sur le Thermo Dry Celliant : http://www.xcelwetsuits.com

IMG_2123 copie

Même à l’ombre, le thermomètre peut descendre autant qu’il veut, la neige peut tomber et le vent du ch’nord peut me fouetter, je ne suis pas près de sortir de l’eau !

Par contre, j’imite de plus en plus ma femme pour les sessions à domicile car il est vrai que mettre sa combinaison à la maison plutôt que dehors c’est parfois un réel confort hahaha !

CECI N’EST PAS UN SCOOP : VOS DERIVES AFINNENT VOS TRAJECTOIRES

 

Non je ne vais pas vous pondre un article sur la perte de l’humanité ou même sur l’étiolement de l’esprit surf en mode vieux con tel que je l’ai connu à mes débuts lorsque quelques bandes de jeunes se prêtaient à ce loisir underground, marginal et parfois mal vu hahaha ! Non, pour cela vous repasserez plus tard lire un de mes articles autrement plus dense et en pleine maturation depuis de nombreux mois à force d’observations et de constats: «De la performance sportive à la préservation de l’esprit Surf». De la bonne sociologie de comptoir si vous voulez mais avec quelques arguments à vous revendre!1980474_664580676938073_18308363_o

V2FAM1, un de mes modèles préférés, ici au bottom turn. De la vitesse, de l’accroche et de la relance en sortie de virage, voilà ce dont nous sommes en droit d’attendre de nos dérives !

Bref, je vais vous parler aujourd’hui d’un sujet technique qui me passionne depuis fort longtemps et qui mérite de s’y arrêter un peu de temps en temps au fil des avancées technologiques et techniques, de la mode aussi … J’ai nommé les dérives ou fins comme vous voudrez. Dès mes débuts, je me suis demandé ce que cela pouvait bien influer sur la réactivité d’une planche, sa maniabilité, son contrôle et sa vitesse. Tellement de facteurs la caractérise : sa profondeur (height), sa courbure (rake), sa surface (area), la largeur de sa base (base), les matériaux qui la composent (carbon, honeycomb, fiberglass,…) et leurs mises en œuvre, leurs poids, le foil (dérive flat ou incurvée),…

1898702_664580686938072_896389180_o

Suite du move en V2FAM1. Et bien sûr comme vous n’êtes pas exigeants, vous voulez de la précision et du contrôle également ! Pour résumé, vous attendez que les dérives extrapolent les bonnes sensations que vous percevez de votre planche. Feel it !

Nombre de surfeurs pensent que pinailler sur les dérives c’est bon pour les pros et qu’eux ne seront pas capables de sentir la différence entre deux jeux d’ailerons. A tort, et d’autant plus aujourd’hui avec l’apparition par exemple des foils ou de nouvelles mises en œuvre des matériaux. Impossible de ne pas sentir la différence entre une Future Techflex et une Future Blackstix par exemple !

RN_detail_speedgenerating_image

RN_detail_speedcontrol_image

Aujourd’hui, la gamme Future n’a jamais été aussi aboutie et les axes de développement choisis par la marque californienne me semblent très bons. Elle propose désormais une classification (ranking) pédagogique précise de toute sa gamme afin d’orienter au mieux votre choix en fonction de vos besoins. Tout est dit ci-dessous, in English please !

Trouve ton RIDE NUMBER avec l’équation suivante : FEEL=FLEX+RAKE+FOIL

bar_graph

L’idéal serait de vous trouver 2 jeux qui vous conviennent dans deux registres différents en fonction des vagues et de vos planches, ou pour les moins exigeants un jeu le plus polyvalent possible. Allez je sais que pour certains d’entre vous je chipote, “une dérive c’est une dérive”. Essayez quand même vous verrez !

Plus d’infos sur http://www.futuresfins.com

Future fins maîtrise son outil de production et possède une cellule recherche et développement à la différence de nombre de fabricants dont le développement est davantage axé sur le marketing. En effet, des dizaines de labels de dérives amovibles ont fleuris ces dernières années à travers le monde pour votre plus grand bonheur. La diversité d’imprimés proposés sur le marché donne un certain look à votre planche en fonction de vos goûts plus ou moins hipster, trasher, pro surfeur, j’en passe et des meilleurs… Observez par exemple la marque Captain Fin qui propose une jolie collection arty. Un peu comme les plateaux de skate ou board de snow, il vous faudra mettre le prix pour le coût de cœur.

10891939_845794842129055_3485057981646952648_n

Ils ont l’air bien cool tranquille chez Captain Fin !

Et à ne pas confondre avec les caractéristiques purement techniques des dérives comme expliqué plus haut dans mon petit laïus. La signature propose toujours à minima le développement du Template avec le pro rider, malgré le versement de royalties qui impacte là aussi le prix du jeu d’ailerons.

10897984_845800582128481_5568230848129883431_n

Ça va vous coûter cher mais ça vaudra peut-être le coup le dernier feeling feedback de Jordy sur son dernier trip testing …!

556816_468767099831833_1773485948_n

Y’a les pro modèles de boards, et puis de dérives aussi, à vous d’en juger, dès fois que vous seriez le clone d’Andrew Doheny, celle ci pourrait vous convenir !

Et blague à part, c’est vrai que de voir Laird en lévitation sur son Foil amène bien des questions sur cet « accessoire », que dire, ce déterminant commun variable à l’infini sur toute planche “moderne”. Hé oui, vous avez encore la possibilité si cela vous chante de surfer un alaïa ! Pour se faire, checkez les belles boards traditionnelles en bois de Pierre Le Berre sur http://www.tao-surf.com

TAZ, JEUNE PRODIGE

92064es

Originaire des Canaries et âgé de seulement 19 ans, ayant shapé sa première board à 12 ans, Taz YASSIN est déjà un phénomène dans le microcosme du shape. Bon surfeur et ayant déjà côtoyé certains des plus grands noms du shape comme Pat Rawson, Johnny Cabianca, Mat Biolos, John Pizel et j’en passe, TAZ a la particularité de maîtriser particulièrement bien l’ordinateur, arme redoutable dans le shape contemporain. Cela lui permet d’avoir étudié de très près les moindres contours d’innombrables modèles largement éprouvés par les meilleurs surfeurs… Son slogan le traduit en substance: « Take the best that exists and make it better » Certains ont déjà misé sur lui, Pukas bien sûr mais la nouvelle marque tendance Vissla également à travers son programme

Et les outils à la main, pour l’avoir vu de mes yeux à l’atelier Pukas, je peux vous dire que le garçon assure ! Précision du geste, touché de planche, concentration, décontraction, je dirais même style et élégance, de l’artisanat de haute classe !

Après quelques années à s’être fait la main entre autre pour Pukas Kream, la sortie de son propre label Pukas TAZ pour 2015 fera très certainement un carton ! Ma première du nom fonctionne en tout cas à merveille !

Pour en savoir plus sur TAZ, cliquez ici : www.tazsurfboards.com

UN BON TEST WETSUITS PAR SURFEUROPEMAG.COM

On connaissait déjà le haut rapport qualité/confort/chaleur/prix des combinaisons XCEL. Surfeuropemag.com avec Archi Jaeckin Core surfeur journaliste nous le confirme par un test grandeur nature. Sans langue de bois il nous commente plusieurs mises à l’eau évaluées de la manière la plus objective possible. Intéressant : http://surfeuropemag.fr/articles-proposes/7-combinaisons-32-a-la-loupe-le-test-surf-europe

Voili voilou à vous de juger !

AU CHAUD DANS LES PÂQUERETTES !

IMG_0938Le printemps pointe enfin son nez et ma nouvelle fournée de petites boards est arrivée. Et avant de se mouiller et de prendre quelques coups, ces petites beautés (de G. à D. :The One 6’0″, DFK 5’11”, The Game 5’9″) ont décidé de se dorer la pilule au beau milieu des pâquerettes ! J’avais comme vous pouvez le constater et je ne sais pour quelle raison une envie de tail soft et rounded .

IMG_0940

Merci à Johnny et Peter pour ces mignonettes ! Merci Futures et OAM pour le tunning héhéhé… !

IMG_20131031_121224

C’est aussi pour moi l’occasion de vous présenter l’arrière aventureux de ma petite Mi Lady (Peter Daniels), compagne fidèle de Kepa Acero lors de ces premiers trips autour du monde. Planche qui s’avère polyvalente, très facile à la rame et dont le tail et la combinaison de dérives permettent une accroche à toute épreuve. La board préférée de ma femme en ce moment, tellement facile et manoeuvrante. Après on aime ou pas le côté “rétro moderne” mais pour ma part c’est, de temps en temps quand on est un trop souvent dans l’eau, une bouffée d’oxygène de surfer des boards performantes à l’outline “non conventionnel”.

Cool y’a de la houle cette semaine, elle vont pouvoir aller prendre un bain !

READY FOR WINTER

De retour d’une bonne semaine estivale à Biarritz en plein mois d’Octobre avec de très bonnes sessions à la clé, il fallait bien se faire une raison. En Bretagne, la fraîcheur pointe déjà son nez comme pour mieux justifier le passage à l’heure d’hiver… mais bon pas de quoi se laisser abattre d’autant que l’eau reste douce pour la saison. J’ai tout de même opté pour le confort 5 étoiles de la nouvelle XCEL Revolt pour aller me promener dans la campagne et le moins que l’on puisse dire c’est que cela fût chaud voir même bouillant dans la combi mais aussi au raz de la dalle !

Bretagne 5237-2
Chaud le gap, c’est parti, pourvu que ça passe parce qu’il y a de bonnes patates …!

MATOS 20131018 092450MATOS 20131018 092730

La marque hawaïenne développée en Californie, XCEL, n’en finit pas de croître, non pas à grand coup de marketing (pas un rider du WCT dans le team) mais plutôt grâce au sérieux de la recherche et du développement au fil du temps. Les produits sont fiables et efficaces tout simplement. La XCEL Revolt est un nouveau modèle intermédiaire qui intègre la gamme entre la Infiniti XZIP 2 et la Drylock, idéal pour toutes les conditions excepté pour le temps glacial où j’opterai pour la Drylock 5/4/3 hooded ! Equipé du nouvel intérieur néoprène Thermo Dry System qui sèche plus rapidement, du airprène et du XZIP front étanche, la chaleur et le confort sont garantis.

 MATOS 20131018 092421 MATOS 20131018 092807
A gauche, Drylock wirst seal, jolie finition bien étanche. A droite, le fameux Thermo Dry System avec Quick Dry Fiber, V foam et Quick Dry Lining et la Fusion Seam technology qui a déjà largement fait ses preuves.

MATOS 5271-2
Daniel de Guidel dans sa nouvelle XCEL !

Plus d’infos ici : http://www.xcelwetsuits.comBretagne 5238

Le drop est posé à raz des cailloux, la combi reste intacte pour le moment …!
Merci à Ben pour les photos : http://eonphoto.tumblr.com/

LA PETITE BALLADE EN VELO !

Depuis mon voyage à Bali j’en avais rêvé ! C’est fait, j’ai enfin récupéré un pat racks surfboard pour aller surfer en vélo !!!

D’autant plus parfait que la piste cyclable de Guidel-Beach est enfin terminée et que nous ne sommes donc plus au milieu des voitures. j’aime bien le confort de conduite de mon deux roues avec les mains pleinement libres pour le pilotage, vraiment parfait pour la ballade du dimanche ou pour me rendre au boulot !

Guidel-Beaches-20130613_184107.jpg

Plus d’infos sur : http://www.viral-surf.com